HISTORIQUE

LE  FOYER  D’ÉDUCATION  POPULAIRE  ÉTIENNE BILLIÈRES 

Le Foyer d’Education Populaire Etienne Billières a soixante dix ans d’existence légale.

Le cercle des créateurs, mouvance du parti SFIO, en 1934 se retrouve au café Mondy, rue du Pech, et décide de prendre en charge le jeudi après-midi les enfants des écoles. C’est un patronage laïque, dont les activités s’étendent des matches de football sur le proche terrain des Turres, des sorties pédestres permettant de découvrir usines et curiosités, jusqu’aux projections de cinéma muet dans la salle d’octroi nouvellement désaffectée (au centre de la place Emile Male).

Avec le dépôt des statuts, il est officialisé en 1937 sous le nom de Cercle Laïque Etienne Billières, maire (socialiste) de Toulouse, décédé en 1935, dont la municipalité est à l’origine de nombreux monuments (piscine Nakache, Stadium, Bibliothèque Municipale…) et de groupes scolaires dont celui de notre quartier. Nos écoles dont les travaux ont été achevés en 1940 eurent comme premiers occupants les réfugiés belges.

On se plait à souligner que, premier de la rive gauche, ce cercle est le second de Toulouse quant à l’ancienneté. En 1939, suite à la mobilisation et la guerre, les activités sont mises en sommeil.

Après la guerre la reprise des activités ne tarde pas. Sous le parrainage de Mr Daniel Faucher, doyen de l’Université, et autour de MM Houlès, Lamazére, Lascours et Dalquier ont lieu dans la salle des fêtes trois séances hebdomadaires de cinéma ; celle du dimanche après midi est réservée aux enfants.

Cette exploitation semi commerciale dure six années et cessera concurrencée par des salles mieux équipées.

En plus des garderies du jeudi, toujours actives, démarre en 1952, sous la direction de Jean Toulouse et d’Yves Père, une école de sport, devenue Centre d’Initiation Sportive, puis section de gymnastique. Cette greffe fut heureuse et durable.

D’autres rencontres conviviales comme les fêtes de Noël et de fin d’année scolaire, rassemblent enfants et parents dans une ambiance de kermesse.

Le souvenir des Morts pour la France n’est pas oublié avec les commémorations des 8 mai et 11 novembre. Une gerbe de fleurs est déposée au Monument aux Morts des deux guerres, place Odontine Vigneau ( école maternelle).

Quelques activités aujourd’hui disparues surprennent :

dans les années 1960, le week-end de Pentecôte : organisation de grands voyages en autocar (jusqu’à six cars une année)

vers les années 1970, les rallyes de l’Ascension ont continué, progrès aidant, a réunir les amateurs du quartier ; on compta jusqu’à 80 voitures

En 1966, création des parents d’élèves (Fédération Cornec).

En 1975 notre nom changea. Prévalut celle de Foyer « qui réchauffe et qui rayonne », on rajouta « d’éducation populaire » mais non pas pour mettre la laïcité entre parenthèses. Etymologiquement en grec « laos » signifie le peuple, et le souci d’éducation populaire traduit bien la visée laïque, d’une laïcité vécue, ouverte sur le monde ambiant.

La vocation de structure d’accueil du Foyer s’est trouvée vérifiée par l’entrée de nouvelles sections:

  • danse et judo en 1970,
  • section gymnastique volontaire adultes, groupe d’études du quartier et club du troisième âge en 1971,
  • yoga en 1976,
  • des sections artistiques de musique, dessin, chorale virent le jour, disparurent et revinrent souvent en fonction de la disponibilité ou non de leur animateur principal,
  • en 1986, les Majorettes Toulousaines (Twirling) font partie du Foyer,
  • l’antenne sociale et familiale, distincte, réunit les lundi après midi des personnes qui s’initient ou se perfectionnent à la couture,

Progressivement, des sections viennent enrichir les activités du Foyer :

  • l’ Ensemble A Plectre , orchestre de mandolines et son école de mandolines
  • l’Entente Généalogique du Midi Toulousain,
  • la Chorale A bout de souffle,
  • Le dessin, la sculpture,,,,,

Inauguré en 1984, le Jardin Fontaine Lestang, entre l’usine des Biscottes Paré, puis Heudebert, puis LU, et la voie ferrée Toulouse-Auch a fait l’objet d’une longue étude -concertation avec les services municipaux.

C’est le cas, également, grâce à la pugnacité des responsables du Foyer auprès des édiles municipaux que la Maison du Quartier Fontaine-Lestang, où se situe notre siège, a pu être inaugurée le 11 mai 2006, par le Maire de Toulouse : Mr Jean Luc Moudenc, permettant l’accueil de nouvelles sections dans les arts corporels, graphiques ou de réunions sociales,

Il existe au sein du Foyer, des restes de mémoire des temps passés, un film en 1975, un livre en 1980, plusieurs plaquettes souvenirs éditées à l’occasion d’anniversaire, ou de Salons des Arts ou du Livre.

A chaque génération de faire fructifier l’héritage reçu des précédentes, parmi lesquelles nous pouvons en citer les principaux animateurs : Henri Desbals, Armand Lascours, Abel Lamazère, Henri Pauzié, Camille Vaquer, Parfait Dalquier, Paul Pistres, Daniel Schintone, Jean Claude Caperaa, Nadine Gau, Karim Bensemmane et, depuis janvier 2014, Mme Dominique Mercier.

Le 13 Juillet 2007 – A.P.

Cet historique a été extrait, en grande partie, de la plaquette éditée pour les 50 ans du Foyer.